UK law is changing. We would like to place cookies on your computer to help us make this website better. We've always done this (it's how websites work!), but the law now says I must ask your permission first. To find out more about the cookies, see the privacy notice.

I accept cookies from this site

UK Registered Charity 1117093
Company Number 5947088

"I jump into a sand pit for a living"

Jonathan Edwards, World record triple-jumper

Leçons d’Etienne 3 - sa mort

Et Etienne dit : « Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu ». Actes 7:56

Dieu donna une vision de Jésus à Étienne. En se référant à Jésus comme le « Fils de l’homme », Étienne rappelait une des revendications de Jésus à son propre procès, celle que ses accusateurs verraient le Fils de l’homme arriver sur les nuées (Marc 14:62). C’est important qu’Etienne fasse référence à Jésus comme le Fils de l’homme. D’une certaine manière, Étienne répète la propre revendication de Jésus d’être Dieu.

Les gens ont débattu sur l’importance de Jésus se tenant debout en opposition à se tenant assis à la droite de Dieu. Une suggestion est que Jésus se tient comme l’avocat d’Etienne. Il y a une suggestion alternative : Jésus, assis à la droite de Dieu, était maintenant debout pour accueillir le premier chrétien martyr. Alternativement, nous pouvons voir Etienne confesser Christ devant les hommes et Christ confesser son serviteur devant Dieu.

Étienne meurt face à Christ en demandant le pardon pour ses persécuteurs. Comme si la mort de Jésus, considérée comme une défaite pour Etienne, se transformait en une victoire glorieuse. Il était un témoin de vie et sa mort était un triomphe. Le commentaire sur Etienne sur lequel nous nous référions plus tôt « aucun d’entre eux ne pouvait tenir face à la sagesse et l’Esprit avec lesquels Etienne parlait », était tout aussi vrai à sa mort que dans sa vie.

Les conséquences de sa mort sont considérables. Dans un sens, la boutade de Mark Twain est vraie : « les rapports de ma mort sont largement exagérés ». Comme dit une fois l’évangéliste américain DL Moody « mort, je ne serai jamais aussi vivant dans ma vie ». Étienne allait être avec Le Jésus qu’il a vu dans sa vision, pour toujours. C’est l’un des grands paradoxes de la vie de Jésus : il a été tué et ses opposants juifs semblaient avoir gagné mais sa mort était réellement sa plus grande victoire. La chanson « en Jésus seul » l’exprime bien.

Et sur ma vie, par sa victoire,
Le péché perd tout son pouvoir.
Il est à moi, je suis à lui,
Racheté par le sang du Christ.

Je vis en paix, je meurs sans crainte,
Gardé par la puissance du Christ.
Du premier cri au dernier souffle,
Jésus est maître de ma vie.
Les plans des hommes ou du malin
Ne peuvent m'arracher de sa main.
Et qu'il revienne ou me rappelle,
Par la force du Christ je tiendrai.

Auteurs : Keith Getty / Stuart Townend

Weekly sports email

Leave your email address if you wish to receive Stuart's weekly sports email: